Vous êtes ici : Accueil > Biographies > Lettre E > Edith Piaf

Edith Piaf

Edith Piaf Cliquez pour agrandir cette image

La biographie complète - Edith Piaf

Piaf, c'est une voix immense pour un corps chétif. Son visage dramatique, ses mains crispées, sa petite robe noire et la croix en pendentif résument une femme divine, entièrement dédiée à son art.

Edith Gassion dite Edith Piaf
Née 19 décembre 1915 à Paris, décédée le 11 octobre 1963 à Plascassier

Piaf, c'est une voix immense pour un corps chétif. Son visage dramatique, ses mains crispées, sa petite robe noire et la croix en pendentif résument une femme divine, entièrement dédiée à son art. Un père acrobate des rues et une mère chanteuse lyrique se préoccupent peu d'une enfant née dans la tourmente de la Grande Guerre. Edith passe ses premières années avec sa grand-mère maternelle kabyle puis avec sa grand-mère paternelle en Normandie. Puis son père l'emmène avec lui lors de ses tournées sauvages. Très vite on s'étonne de cette voix exceptionnelle qui déjà s'échappe d'un corps malingre.
En 1930 Edith décide de suivre son propre chemin. Elle se produit dans un grand cabaret chic et devient "La Môme Piaf". La légende est en route. "Les mômes de la cloche ", 78 tours enregistré en 36, est un énorme succès. Le pouvoir du disque, bien moins spectaculaire qu'aujourd'hui, prouve le charisme de cette jeune fille hors du commun auprès d'un large public. Très tôt, Piaf saura gérer son image et imposera cette aura de tragédienne en interprétant, par exemple "Mon Légionnaire", écrit par son nouvel impresario, lui-même ancien légionnaire. Marguerite Monnot compose la musique, et restera fidèle à la chanteuse durant des années. Dès l'année suivante, la chanteuse s'impose définitivement.

Des artistes dans son sillage

Elle se lie d'amitié avec Jean Cocteau, qui, ironie du sort, décédera le même jour qu'elle. Il fait éclater son talent de comédienne avec la pièce "Le Bel Indifférent", qu'elle interprète avec son compagnon du moment : Paul Meurisse. En 1944, Piaf accepte avec une certaine réserve qu'un jeunot du sud à l'accent traînant fasse sa première partie au Moulin Rouge. Elle reviend vite à de meilleurs sentiments et s'éprend du bel Yves Montand, à qui elle apprend toutes les ficelles du métier. La chanteuse aime mettre sa vie en scène. Pendant leur idylle, elle écrit toute seule ce qui deviendra un tube planétaire immortel : "La vie en Rose". Si on connaît l'interprète, on connaît moins l'auteur. Presque une centaine de chansons sont à mettre à son crédit.
Imprévisible, elle rompt avec le jeune homme en 1946. Cette année là, elle lance Les Compagnons de la Chanson avec qui elle enregistre "Les trois cloches ". Dans la foulée, elle conquiert New York. Prévu pour une semaine, son tour de chant reste quatre mois à l'affiche ! Dès lors Piaf reviendra régulièrement aux Etats-Unis. Durant cette période, Piaf se lie d'amitié avec Marlene Dietrich et surtout tombe amoureuse du boxeur Marcel Cerdan. En hommage à ce coup de foudre, elle écrit le bouleversant "Hymne à l'amour". Elle ne se remettra jamais de la disparition du boxer dans un accident d'avion.

L'exigence de l'amour

En 1950, Charles Aznavour devient son secrétaire. Il lui propose des titres qu'elle inscrit à son répertoire comme "Plus bleu que tes yeux ". Incursion de quelques mois dans l'opérette pour la star avec "La p'tite Lili", histoire de lancer son nouveau protégé : Eddie Constantine. Edith Piaf amorce alors une lente descente. Plusieurs accidents de voiture la fragilisent, elle consomme de plus en plus régulièrement des stupéfiants. Son mariage avec Jacques Pills, grande vedette de l'époque, la soulage quelques temps. A l'orée de la quarantaine, la chanteuse enregistre à tour de bras et se noie dans le travail. En 1956 "L'homme à la moto ", "Les amants d'un jour " sont bissés à l'Olympia.
Cette salle verra également la création de tubes comme "La Foule " et "Mon manège à moi " en 1958. Le tout jeune Moustaki lui écrit "Milord". En 1960, Charles Dumont lui offre un titre emblématique "Non, je ne regrette rien". C'est avec ce titre qu'elle sauve l'Olympia de la ruine, en 1961. Seul l'amour de la scène et du public semblent la maintenir en vie. Sur la Tour Eiffel, elle chante devant tout Paris recueilli à ses pieds la chanson du film "Le jour le plus long". Avec son dernier amant, le grec Sarapo, elle chante "A quoi ça sert l'amour ? " avant de s'effondrer et d'entrer dans un long coma en octobre 1963. Elle s'éteint le 11 octobre 1963 comme son ami Jean Cocteau.

Pour avoir su transcender la chanson, Edith Piaf reste aujourd'hui encore très présente.
En 96, le spectacle " Piaf je t'aime " connaît un vif succès. De Louis Armstrong, à Marlène Dietrich et Liza Minnelli en passant par Serge Gainsbourg et Johnny Hallyday, ses titres sont régulièrement repris. En 97 notamment, Charles Aznavour s'offre un duo virtuel avec la chanteuse, " Plus bleu que le bleu de tes yeux ".

Partager

Annuaire de biographies

A-Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y 0-9
Chargement
Actualités RSS

Actualités

EN CE MOMENT :
Ecouter

Accès membres

Nous sommes le Mercredi 20 Novembre 2019, Fête du jour : Edmond
Chargement